LEÇON DE L'ÉCOLE DU SABBAT 2021 " Accord territorial "



LEÇON DE L’ÉCOLE DU SABBAT »Entre tous les peuples »

Accord territorial

La promesse qu’un pays serait donné au peuple de Dieu, Israël, a d’abord été donnée à Abraham, puis répétée à Isaac et à Jacob. Les paroles de Joseph sur son lit de mort ont répété cette promesse (Gen. 50:24). Dieu a cependant informé Abraham, que « quatre cents ans » s’écouleraient avant que la postérité d’Abraham ne prenne possession de la terre (Gen. 15:13, 16). L’accomplissement de la promesse commença au temps de Moïse et de Josué. Moïse a répété le commandement divin: « Voyez, j’ai mis le pays devant vous; allez, et prenez possession du pays » (Deut. 1:8, LSG).

Lisez Deutéronome 28:1, 15. Qu’est-ce que ces paroles impliquent? En bref, le pays leur serait donné dans le cadre de l’alliance. Une alliance implique des obligations. Quelles sont les obligations d’Israël?

La première partie de Deutéronome 28 décrit les bénédictions qu’Israël recevrait s’il suivait la volonté de Dieu. L’autre partie du chapitre traite des malédictions qui leur seraient infligées s’ils ne le faisaient pas. Ces malédictions ont été « largement, mais pas totalement, provoquées par le fait de donner au péché la possibilité de les rendre capables de s’autodétruire… Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption » (Gal. 6:8). Comme l’eau qui, laissée à elle-même, ne cesse de couler jusqu’à ce qu’elle ait atteint son niveau; comme une horloge qui, laissée à elle-même, ne cesse de tourner jusqu’à ce qu’elle se soit complètement épuisée; comme un arbre, qui, laissé à lui-même, ne peut que produire le fruit qui lui convient; ainsi le péché a un niveau à atteindre, un tour à faire, un fruit à faire murir, et « la fin de ces choses est la mort » (Rom. 6:21). » (traduit de The Pulpit Commentary: Deuteronomy, H. D. M. Spence et Joseph S. Exell, eds., Peabody, MA: Hendrickson Publishers, 1890, vol. 3, p. 439).

Malgré toutes les promesses de terres, ces promesses n’étaient pas inconditionnelles. Elles faisaient partie d’une alliance. Israël devait remplir sa part du contrat; sinon, les promesses pouvaient être annulées. L’Éternel a clairement indiqué, plus d’une fois, que s’ils désobéissaient, le pays leur serait enlevé. Lisez Lévitique 26:27-33. Il est difficile d’imaginer comment l’Éternel aurait pu être plus explicite avec Ses paroles.

En tant que chrétiens, nous sommes impatients de recevoir et de garder les terres promises du ciel et la terre rendue nouvelle. Elles nous ont été promises, tout comme la terre promise terrestre l’a été aux Hébreux. La différence, cependant, est qu’une fois que nous y sommes arrivés, nous n’avons aucune chance de la perdre un jour (Dan. 7:18). En même temps, il y a des conditions pour que nous y arrivions. Comment comprenez-vous ces conditions, surtout dans le contexte du salut par la foi seule?