Leçon 9 – Mi-yitten – Leçon de l'école du sabbat 2021(DIMANCHE)



Gade ti vídeo sa moun mw yo,nap kontan

Mi-yitten

L’hébreu biblique, comme la plupart des langues, est parsemé d’idiomes, lorsque des mots spécifiques sont utilisés pour signifier quelque chose de différent de ce qu’ils disent réellement. « Mi-yitten » est un idiome dans l’Ancien Testament. « Mi » est la question « qui? » et « yitten » signifie « donnera ». Donc, littéralement, « Mi-yitten » signifie « Qui donnera? »

Dans l’Ancien Testament, cependant, cette expression exprime l’idée d’un souhait, d’un désir, d’une chose que l’on désir ardemment.

Par exemple, après leur sortie d’Égypte, les enfants d’Israël, confrontés à des défis dans le désert, s’écrièrent: « Que ne sommes-nous morts par la main de l’Éternel dans le pays d’Égypte » (Exo. 16:3, LSG). L’expression « que ne sommes-nous » vient de « mi-yitten ».

Dans Psaume 14:7, David dit: « Oh! qui fera partir de Sion la délivrance d’Israël? » L’hébreu n’a pas dit « Oh »; mais plutôt « mi-yitten ».

Dans Job 6:8 (LSG), quand il s’exclame: « Oh, puisse mon vœu s’accomplir » – « Oh » vient, encore une fois, de « mi-yitten. »

Lisez Deutéronome 5:22-29, en vous focalisant particulièrement sur le verset 29. Que signifie le fait que le mot traduit par « Oh » vienne de « mi-yitten »?

Nous voyons ici le Seigneur – le Dieu Créateur, Celui qui a fait l’espace, le temps et la matière, Celui qui a parlé et notre monde fut, Celui qui a insufflé à Adam le souffle de vie – prononcer une expression généralement associée aux faiblesses et aux limites de l’humanité. Quel exemple de la réalité du libre-arbitre! Ici, nous voyons qu’il y a des limites à ce que Dieu peut faire pendant le grand conflit. Cette utilisation de « mi-yitten » révèle que même Dieu ne peut pas enfreindre le libre-arbitre; s’Il le faisait, ce ne serait plus du libre-arbitre.

Et tout comme nous, les humains, sommes libres de pécher, nous sommes aussi libres de choisir le Seigneur, de choisir d’être sous Sa direction, de choisir, en répondant à Son Esprit, de nous repentir de nos péchés et de le suivre. En fin de compte, le choix est le nôtre, et le nôtre seul, et c’est un choix que nous devons faire jour après jour, instant après instant.

Quels sont les choix dont vous allez faire face dans les heures ou jours à venir? Comment pouvez-vous apprendre à abandonner votre volonté à Dieu pour que, en Sa puissance, vous puissiez faire les bons choix?