Leçon 7 – Les prémices de ceux qui sont morts ()JEUDI-LEÇON DE L'ÉCOLE DU SABBAT 2022



Leçon 7 – Les prémices de ceux qui sont morts ()JEUDI-LEÇON DE L’ÉCOLE DU SABBAT 2022

Rejoignez cette chaîne pour bénéficier d’avantages exclusifs :

Les prémices de ceux qui sont morts
Lisez 1 Corinthiens 15:20 (LSG) à la lumière de Deutéronome 26:1-11. En quel sens Paul se réfère-t-il au Christ ressuscité comme étant « les prémices de ceux qui sont morts »?

L’offrande des « prémices des premiers fruits » était une ancienne pratique agricole israélite avec une profonde signification religieuse. C’était une façon sacrée de reconnaitre Dieu en tant que pourvoyeur gracieux, qui confia à Ses intendants, la terre où les récoltes étaient prêtes à être moissonnées (voir Exode 23:19, Exode 34:26, Lév. 2:11-16, Deut. 26:1-11). Les premiers fruits indiquaient non seulement le début des récoltes, mais également la qualité des produits.

Selon Wayne Grudem, « en désignant Christ comme étant ‘‘les prémices’’ (Grec: aparch?), Paul utilise une métaphore de l’agriculture pour indiquer que nous serons comme Christ. Tout comme les ‘‘premiers fruits’’ ou les premières récoltes donnent un aperçu de ce à quoi ressemblera le reste de la récolte de ce fruit, de même Christ en tant que ‘‘prémices’’ donne un aperçu de ce à quoi ressemblera notre corps à la résurrection quand Dieu, dans la ‘‘moisson’’ finale, nous ressuscitera d’entre les morts et nous mènera en Sa présence. » (Wayne Grudem, Systematic Theology, Grand Rapids, MI: Zondervan, 1994, p. 615.)

Il convient de rappeler que Jésus était sorti de la tombe avec un corps humain glorifié, mais qu’Il portait encore les marques de Sa crucifixion (Jean 20:20, 27). Cela signifie-t-il que les enfants ressuscités de Dieu porteront également les marques physiques de leurs propres souffrances? Dans le cas de l’apôtre Paul, portera-t-il encore dans son corps glorifié « une écharde dans la chair » (2 Corinthiens 12:7, LSG) et « les marques de Jésus » (Gal. 6:17, LSG)?

Jusqu’à sa mort, Paul « porterait à jamais dans son corps les marques de la gloire de Jésus – dans ses yeux qui avaient été aveuglés par la lumière céleste [voir Actes 9:1-9] ». Ellen G. White, L’histoire de la rédemption, p. 283. Mais cela ne signifie pas que lui ou tout autre des rachetés glorifiés sera élevé avec les marques de leurs souffrances (comparez à 1 Corinthiens 15:50-54). Dans le cas de Christ, « ces marques de cruauté, il les aura toujours. Chaque trace des clous dira l’histoire de la merveilleuse rédemption de l’homme, et du prix élevé qu’elle a couté. » Ellen G. White, Premiers écrits, pp. 178, 179. Ses marques sont ce qui nous garantit que toutes les nôtres disparaitront à jamais.

Christ portera à jamais les cicatrices de Sa crucifixion. Que révèle cela sur l’amour de Dieu pour nous et le prix de notre rédemption? Comment cela montre-t-il, aussi, ce que la divinité avait dû investir pour nous sauver?