Leçon 5- Venez à moi (vendredi) Leçon de l'école du sabbat 2021



Réflexion avancée

« Lorsque vous trouvez votre travail difficile, lorsque vous vous plaignez de difficultés et d’épreuves, lorsque vous dites que vous n’avez pas la force de résister à la tentation, que vous ne pouvez pas surmonter l’impatience, et que la vie chrétienne est une œuvre pénible, soyez certain que vous ne portez pas le joug de Christ; vous portez le joug d’un autre maitre » – Ellen G. White, Child Guidance, p. 267.

« Il faut une vigilance constante et une dévotion sincère et aimable, mais celles-ci viendront naturellement lorsque l’âme sera gardée par la puissance de Dieu par la foi. Nous ne pouvons rien faire, absolument rien, pour nous glorifier de la faveur divine. Nous ne devons pas du tout nous fier à nous-mêmes ou à nos bonnes œuvres; mais lorsque, en tant qu’êtres errants et pécheurs, nous venons à Christ, nous pouvons trouver le repos dans Son amour. Dieu acceptera tous ceux qui viennent à Lui en ayant pleinement confiance dans les mérites d’un Sauveur crucifié. L’amour jaillit dans le cœur. Il n’y a peut-être pas d’extase dans les sentiments, mais il y a une confiance durable et paisible. Tout fardeau est léger; car le joug que Christ nous impose est doux. Le devoir devient un délice, et le sacrifie un plaisir. Le chemin qui semblait auparavant ténébreux devient lumineux grâce aux rayons du Soleil de justice. Marchons dans la lumière car Christ est dans la lumière » – Ellen G. White, Faith and Works, p. 38, 39.

Discussion:

1. Vous souvenez-vous du moment où, dans votre marche avec Jésus, vous vous êtes finalement abandonné entre Ses mains? Partagez ce moment avec votre classe et concentrez-vous particulièrement sur la raison pour laquelle vous vous êtes abandonné.

2. Étudiez la prière de Jésus dans Matthieu 11:25-27 et discutez dans votre classe de la manière dont nous acquérons la connaissance de la grâce. Pourquoi Dieu cache-t-Il le plan du salut (« ces choses ») aux sages et aux intelligents et le révèle aux enfants?

3. D’une manière pratique, comment pouvons-nous aider ceux qui nous entourent et qui se débattent avec leurs fardeaux à venir à Jésus et à trouver du repos?

4. Approfondissez cette idée d’être « doux et humble de cœur ». N’est-ce pas mauvais pour l’estime de soi? Ne devrions-nous pas nous sentir bien dans notre peau, en particulier pour quelqu’un qui a de toute façon des doutes sur lui-même? Comment la croix, et ce qu’elle représente, devrait-elle nous aider à comprendre ce que Jésus veut dire par « être doux et humble? » C’est-à-dire, en présence de la croix, pourquoi la douceur et l’humilité sont-elles les seules attitudes vraiment appropriées à avoir?