Leçon 5 : Mercredi 27 Octobre 2021, Juger selon la justice



Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter la leçon des Adultes

Leçon 5 : Mercredi 27 Octobre 2021, Juger selon la justice

Mercredi 27 octobre 2021

Juger avec justice
Moïse répéta les paroles de Dieu à la congrégation et annonça la nomination des soixante-dix anciens. La sommation du conducteur d’Israël à ces hommes pourrait être avantageusement adressée aux magistrats et aux législateurs des temps modernes : « Écoutez vos frères vous exposer leur cause et jugez avec justice les différends de chacun d’eux avec son frère ou avec l’étranger. Vous n’aurez point égard, dans vos jugements, à l’apparence des personnes. Vous écouterez le petit comme le grand, sans craindre personne, car le jugement appartient à Dieu. » (Deutéronome 1.16,17)
Patriarchs and Prophets, p. 381 ; Patriarches et Prophètes, p. 358.

Il est étrange de voir que ceux qui se disent chrétiens méprisent les enseignements précis et clairs de la Parole de Dieu et n’en éprouvent pas de remords. Dieu fait reposer sur eux la responsabilité de venir en aide aux malheureux, aux aveugles, aux boiteux, aux veuves et aux orphelins ; mais la plupart de ces chrétiens ne font aucun effort pour assurer cette responsabilité.
Pour sauver de telles personnes, Dieu les conduit fréquemment sous la verge de l’affliction et les place dans des positions similaires à celles occupées par ceux qui avaient besoin de leur aide et de leur sympathie, mais qui ne les ont pas reçues de leur part.
Testimonies for the Church, vol. 3, p. 517.

Dieu tiendra l’église responsable, en tant qu’entité, de la mauvaise direction prise par ses membres. Si un esprit égoïste et sans compassion est permis à quiconque parmi les membres envers les malheureux… Il cachera Sa face à Son peuple jusqu’à ce qu’il accomplisse son devoir et en extirpe le mal. Si quelqu’un professe le nom de Christ mais en donne une fausse image en négligeant ses devoirs envers ceux qui souffrent ou s’il cherche par tous les moyens à tirer avantage de la souffrance des malheureux et ainsi de les spolier, le Seigneur tient l’église responsable pour les péchés de ses membres jusqu’à ce qu’ils aient fait tout leur possible pour remédier au mal existant. Il n’écoutera pas les prières de Son peuple aussi longtemps que l’orphelin, l’infirme, l’aveugle et le malade sont négligés en son milieu. Testimonies for the Church, vol. 3, p. 517.

Pour ramener l’homme de l’état de péché à celui de sainteté, Il faut une puissance qui agisse du dedans, une vie nouvelle qui vienne d’en haut (voir Jean 3.1-7). Cette puissance, c’est Jésus. Sa grâce seule peut vivifier les facultés inertes de l’âme humaine, et les attirer vers Dieu et la sainteté.
La sainteté n’est offerte à personne comme un droit d’aînesse ou comme un cadeau venant d’un autre être humain. La sainteté est un don de Dieu que nous recevons grâce au Christ. Ceux qui acceptent le Sauveur deviennent fils de Dieu (voir Jean 1.12). Ils sont ses enfants spirituels, nés de nouveau, renouvelés par sa justice et une véritable sainteté. Leur esprit est transformé. Ils contemplent les réalités éternelles de façon plus claire. Ils sont intégrés à la famille divine ; ils sont transformés à l’image de Dieu de gloire en gloire (voir 2 Corinthiens 3.18). Autrefois ils entretenaient un amour démesuré pour eux-mêmes ; à présent, ils parviennent à un amour suprême pour Dieu et le Christ. Le secret de la sainteté consiste à accepter le Christ comme son Sauveur personnel et à suivre l’exemple de son renoncement (voir Matthieu 16.24-26).
God’s Amazing Grace, p. 120 ; Puissance de la grâce, p. 121.