Leçon 5 – L’étranger dans tes portes – leçon de l'école du sabbat 2021(VENDREDI)



Leçon de l’école du sabbat (SAMEDI)

Leçon de l’école du sabbat (DIMANCHE)

Leçon de l’école du sabbat (LUNDI)

Leçon de l’école du sabbat (MARDI)

Leçon de l’école du sabbat (MERCREDI)

leçon de l’école du sabbat (JEUDI)

Réflexion avancée

Il est difficile d’imaginer comment, même pendant les meilleurs moments, comme sous le règne de David et Salomon, la nation d’Israël était si bénie par Dieu mais opprimait les pauvres, les marginalisés et les faibles parmi eux.

« Aussi, parce que vous avez foulé le misérable, et que vous avez pris de lui du blé en présent, vous avez bâti des maisons en pierres de taille, mais vous ne les habiterez pas; vous avez planté d’excellentes vignes, Mais vous n’en boirez pas le vin. Car, je le sais, vos crimes sont nombreux, vos péchés se sont multipliés; vous opprimez le juste, vous recevez des présents, et vous violez à la porte le droit des pauvres. » (Amos 5:11, 12, LSG).

« L’Éternel entre en jugement avec les anciens de son peuple et avec ses chefs: vous avez brouté la vigne! La dépouille du pauvre est dans vos maisons! » (Esa. 3:14, LSG).

Discussion:

1. Israël devait se rappeler qu’ils avaient été des « étrangers » en Égypte, ce qui était l’une des raisons pour lesquelles ils devaient traiter les étrangers et les opprimés en Israël comme ils souhaiteraient avoir été traités lorsqu’ils étaient opprimés. Comment cette vérité se rapporte-t-elle à l’évangile, à l’idée que, par le sang de Jésus, nous avons été libérés de l’esclavage du péché? Pourquoi, et de quelle manière parallèle, ce que Jésus a fait pour nous devrait-il avoir un impact sur la façon dont nous traitons les autres, en particulier les impuissants parmi nous?

2. Pensez à ce fait: nous pouvons adorer Dieu au bon jour, comprendre la vérité sur la mort, l’enfer, la marque de la bête, et ainsi de suite. C’est bien. Mais que signifieraient tout cela si nous traitons les autres avec méchanceté ou opprimons les faibles parmi nous ou si nous n’administrons pas la justice équitablement lorsque nous jugeons d’une situation? Surtout à cause de la vérité que nous avons, pourquoi devons-nous faire très attention à ne pas penser que, d’une certaine façon, le fait de juste connaitre la vérité, est en soi, tout ce que Dieu exige de nous? Pourquoi est-ce un piège potentiellement dangereux pour nous?

3. Quel rôle notre foi devrait-elle jouer pour nous aider à comprendre ce qu’on appelle communément les « droits de l’homme »?