Leçon 3 – « Un être vivant » (dimanche)-LEÇON DE L'ÉCOLE DU SABBAT 2022



Leçon 3 – « Un être vivant » (dimanche)-LEÇON DE L’ÉCOLE DU SABBAT 2022
« Un être vivant »
Lisez Genèse 1:24-27 et Genèse 2:7, 19. Quelles similitudes et différences pouvez-vous voir entre la façon dont Dieu a créé les animaux et l’humanité? Que nous dit Genèse 2:7 sur la nature humaine?

Le récit de la Genèse déclare que le sixième jour de la semaine de la création, le Seigneur Dieu donna vie aux animaux terrestres et aux premiers êtres humains, un couple (Genèse 1:24-27). La Bible dit qu’Il « forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel » (Genèse 2:19, LSG). Il forma aussi « l’homme de la poussière de la terre » (Genèse 2:7, LSG).

Il forma aussi « l’homme de la poussière de la terre » (Genèse 2:7, LSG). Bien que les animaux et l’homme aient été formés à partir du « sol », la formation de l’homme était distincte de celle des animaux, de deux manières principales. Tout d’abord, Dieu avait façonné l’homme physiquement, puis « souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. » (Genèse 2:7, LSG). Il était une entité physique avant de devenir un être vivant.

Deuxièmement, Dieu avait créé l’humanité en tant qu’homme et femme à l’image et à la ressemblance même de la divinité (Genèse 1:26, 27). Genèse 2:7 explique que l’infusion du « souffle de vie » dans le corps physique d’Adam l’avait transformé en « un être vivant » (Heb. Nephesh chayyah) ou littéralement « une âme vivante » (DRB). Cela signifie que chacun de nous n’a pas d’âme qui puisse exister en dehors du corps. Au contraire, chacun de nous est un être vivant ou une âme vivante. L’affirmation selon laquelle cette « âme » est une entité consciente qui peut exister séparée du corps humain est une idée païenne, et non biblique. Comprendre la vraie nature de l’humanité nous empêche d’accepter la notion populaire d’une âme immatérielle et toutes les erreurs dangereuses construites sur cette croyance.

Il n’y a pas d’existence consciente d’une partie isolée de l’être humain séparée de la personne dans son ensemble. Dieu nous a si merveilleusement créés, et nous ne devrions pas spéculer au-delà de ce que les Écritures disent réellement sur cette question spécifique. En fait, non seulement la nature même de la vie est un mystère (les scientifiques ne s’entendent toujours pas sur ce que signifie exactement le fait d’être vivant), la nature de la conscience aussi reste encore plus mystérieuse. Comment les quelques kilos de tissu matériel (cellules et produits chimiques) dans notre tête, le cerveau, retiennent-ils et créent-ils des choses immatérielles comme des pensées et des émotions? Ceux qui étudient cette idée admettent que nous ne savons vraiment pas assez.

Quelle vie miraculeuse! Pourquoi devrions-nous nous réjouir du don non seulement de la vie, mais aussi de la vie éternelle, un miracle encore plus grand?

Rejoignez cette chaîne pour bénéficier d’avantages exclusifs :