Leçon 14 : Jeudi 29 Décembre 2022, Son nom sur leurs frontsJeudi 29 décembre 2022



Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter la leçon des Adultes

Leçon 14 : Jeudi 29 Décembre 2022, Son nom sur leurs fronts
Jeudi 29 décembre 2022

Son nom est sur leurs fronts
Pour pouvoir pénétrer dans les cieux, un homme doit laisser les grâces du Christ – l’espérance de la gloire – se former en lui (voir Colossiens 1.24-27 ; 2 Corinthiens 3.18). Seul le Seigneur Jésus peut façonner et transformer le caractère. Car, sans la patience, la gentillesse, l’indulgence, l’abnégation et l’amour, des traits de caractère se révèlent et ressortent parfois involontairement quand on n’y prête pas attention ; des paroles et un comportement non chrétiens éclatent pouvant mener à la ruine de l’âme. (Voir Galates 5.16-23.) “Il ne se réjouit pas de l’injustice”. (1 Corinthiens 13.6). Soulignez cette phrase. L’apôtre Paul veut dire que là où est cultivé un amour authentique pour de précieuses âmes, il se manifestera envers ceux qui ont le plus besoin de patience et de bonté. Il ne sera pas prêt à transformer la moindre incartade ou une erreur patente en une offense impardonnable et il ne montera pas en épingle les fautes des autres.
Fundamentals of Christian Education, p. 279.

Notre temps ici est court, pour le moins. Nous voulons que chaque geste que nous ferons serve à renforcer et à faire avancer la cause de Dieu… Lancez ce cri à Dieu : « Convertis mon âme et mon être intérieur » (voir Psaume 51.1-12). Plaidez avec Dieu pour qu’il vous accorde la puissance transformatrice de sa grâce (voir Romains 12.1,2 ; Éphésiens 2.8-10). Attachez-vous au Sauveur comme le fit Jacob, non seulement jusqu’à ce que Dieu vous révèle qui vous êtes, mais jusqu’à ce que Dieu se révèle lui-même à vous et que vous puissiez trouver en Jésus une force, un soutien, une vigueur et une puissance que vous n’aviez jamais ressentis et dont vous n’aviez jamais pris conscience (voir Genèse 32.23-31) … Si vous vous emparez des promesses de Dieu par la foi, vous remporterez la victoire. Voici quelle est la victoire qui triomphe du monde, et même de notre foi (voir 1 Jean 5.2-5).
This Day With God, p. 334 ; Dans les lieux célestes, p. 26.

Se vanter de ses mérites personnels est un acte déplacé (voir 1 Corinthiens 4.7). « Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le fort ne se glorifie pas de sa force, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse. Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d’avoir de l’intelligence et de me connaître, de savoir que je suis l’Éternel qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre ; car c’est à cela que je prends plaisir, dit l’Éternel. » (Jérémie 9.23,24.)
La récompense n’est pas donnée à cause des œuvres, de crainte que quelqu’un ne s’en prévale, mais par pure grâce (voir Éphésiens 2.8,9) : « Que dirons-nous donc qu’Abraham, notre père, a obtenu selon la chair ? Si Abraham a été justifié par les œuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu. Car que dit l’Écriture ? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice (voir Genèse 15.1-6). Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due ; et à celui qui ne fait point d’œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice. » (Romains 4.1-5). Nul n’a donc sujet de se glorifier ou de se plaindre en se comparant aux autres. Aucun n’est privilégié aux dépens de ses semblables, et personne ne peut faire valoir des droits à la récompense. (Voir Matthieu 20.1-16 ; Luc 17.7-10.)
Christ’s Object Lessons, p. 401 ; Les Paraboles de Jésus, p. 352.