Leçon 12 – Deutéronome dans le Nouveau Testament – Leçon de l'école du sabbat 2021(VENDREDI)



Men repons tout kesyon ou yo ….

SIW TA RENMEN APRANN PLUS SOU LABIB OU K SWIV NOU SOU KANAL SA👇👇👇

OU KAPAB MANB KANAL LA TOU 👇👇👇

SIW TA RENMEN EDE KANAL LA TOU
PIX 800-045-929-99

SIW TA RENMEN ANTRE AN KONTAK AVÈK NOU
Etienne.jorab@yahoo.fr

Tout comme l’Ancien Testament se cite (c’est-à-dire que certains prophètes citent ou se réfèrent, par exemple, aux textes des cinq livres de Moïse), le Nouveau Testament est rempli de citations directes, de références et d’allusions à l’Ancien. Psaumes, Ésaïe et Deutéronome étaient parmi les plus cités. Souvent aussi, les auteurs du Nouveau Testament citent ce qu’on appelle la Septante (LXX), parfois appelée « l’Ancien Testament Grec », qui était la première traduction grecque de la Bible hébraïque. Les cinq premiers livres de la Bible, connus sous le nom de Torah ou Pentateuque, furent traduits au troisième siècle av. JC, et le reste de l’Ancien Testament vers le IIe siècle av. JC.

On peut aussi apprendre beaucoup dans le fait que les écrivains inspirés du Nouveau Testament utilisaient l’Ancien. Et l’une des premières leçons que nous pourrions en apprendre est que, contrairement à tant d’érudits aujourd’hui, les écrivains du Nouveau Testament n’avaient jamais douté de l’authenticité ou de l’autorité des livres de l’Ancien Testament. Rien dans leurs écrits n’a révélé, par exemple, le doute sur l’historicité des histoires de l’Ancien Testament, de l’existence d’Adam et Ève, de la chute, du déluge, à l’appel d’Abraham, et ainsi de suite. Ceux qui remettent ces choses en cause sont juste des sceptiques, et ce scepticisme ne devrait pas avoir sa place dans le cœur et l’esprit des Adventistes du Septième Jour.

Discussion:

1. Compte tenu de toute la lumière qui nous a été donnée en tant qu’Adventistes du Septième Jour, qu’est-ce cela devrait nous apprendre sur la grande responsabilité que nous avons d’être fidèles aux vérités qui nous ont été données?

2. Relisez Deutéronome 18:9-14. Quelles sont les manifestations modernes de ces « abominations à l’Éternel » aujourd’hui, et comment pouvons-nous nous assurer de les éviter?

3. Pourquoi en tant que chrétiens, qui comprennent l’application universelle de la mort de Christ sur la croix, nous ne devront jamais « regarder les visages » des personnes (voir l’étude de lundi)? Comment pouvons-nous reconnaitre en nous-mêmes la tendance à faire exactement cela (et ne nous leurrons-nous pas si nous nions qu’il n’y a au moins en nous une certaine tendance à faire exactement cela?) Comment la croix (et le fait de toujours regarder le sacrifice de la croix) peut-elle nous aider à éviter cette mauvaise attitude?