Leçon 10 : Mardi 31 Mai 2022, Le viol de Dina



Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter la leçon des Adultes

Leçon 10 : Mardi 31 Mai 2022, Le viol de Dina

Mardi 31 mai 2022

Le viol de Dina
Le séjour de Jacob et de ses fils à Sichem se termina par une scène de violence et de meurtre (voir Genèse 34.1-31). Dina, la fille du patriarche, étant tombée dans le déshonneur, deux de ses frères, pour se venger du jeune homme qui l’avait séduite, se rendirent coupables du massacre d’une ville tout entière…
La perfide cruauté de Siméon et Lévi n’était pas sans cause ; mais leur forfait contre les Sichémites fut un acte inexcusable dont ils avaient soigneusement caché le projet à leur père. Aussi le patriarche fut-il frappé d’horreur quand il l’apprit. Malade de chagrin devant la fourberie criminelle de ses deux fils, il se contenta de leur dire : « Vous avez troublé ma vie, en me rendant odieux aux habitants de ce pays… Quant à moi, je n’ai qu’un petit nombre d’hommes ; ces gens-là se réuniront contre moi, ils me frapperont, et je serai exterminé, moi et ma maison. » (Genèse 34.30.) La douleur et l’effroi que le patriarche avait ressentis à cette occasion se révéla, cinquante ans plus tard, dans les paroles qu’il prononça sur son lit de mort :
« Siméon et Lévi sont frères. Leurs glaives sont des instruments de violence… Maudite soit leur colère ; car elle a été barbare ! Maudite leur fureur ; car elle a été cruelle ! » (Genèse 49.5-7.)
Patriarchs and Prophets, p. 204 ; Patriarches et Prophètes, p. 181, 182.

La nature humaine cherche toujours à se mettre en avant et à surpasser autrui, mais le disciple du Christ se dépouille de lui-même, de son orgueil, de son esprit de domination (voir Matthieu 20.17-28). Le silence s’établit dans son âme. Il s’abandonne à la volonté du Saint-Esprit et ne cherche plus à obtenir la première place (voir Matthieu 23.1-12 ; Luc 14.1-11) ; son ambition n’est plus de se signaler à l’attention d’autrui, mais de se tenir aux pieds du Sauveur, ce qu’il considère comme un immense privilège. Il regarde à Jésus, certain que sa main le conduira et que sa voix le dirigera…
Lorsque nous permettrons au Christ de demeurer dans notre âme, la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence gardera nos cœurs et nos esprits en lui (voir Philippiens 4.6,7). Quoique se déroulant au milieu des luttes, la vie de Jésus sur la terre fut une vie de paix. Poursuivi par des ennemis furieux, il disait : « Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable » (Jean 8.29). Aucune manifestation de colère humaine ou satanique ne pouvait troubler le calme de sa communion parfaite avec Dieu.
Thoughts From the Mount of Blessing, p. 15; Heureux ceux qui, p. 21, 22.

Le Fils de Dieu a été choisi pour venir sur terre réclamer l’humanité et exercer par son exemple une puissante influence éducative, permettant aux hommes de résister au pouvoir de Satan… (voir Matthieu 4.1-11 ; Éphésiens 6.10-17.) Les fils de l’homme avaient eu du mal une connaissance pratique (voir Genèse 2.7-9,16,17 ; 3.1-24). Le Christ est venu dans le monde leur désigner l’arbre de vie qu’il avait planté pour eux et dont les feuilles étaient destinées à la guérison des nations (voir Genèse 2.9 ; 3.24 ; Apocalypse 22.1,2).
Counsels to Parents, Teachers, and Students, p. 33 ;
Conseils aux éducateurs, aux parents et aux étudiants, p. 29.