Leçon 1 – La chute et le déluge – Leçon de l'école du sabbat 2021(LUNDI)



La chute et le déluge

Presque tous les écoliers ont entendu l’histoire d’une pomme qui tomba sur la tête d’Isaac Newton, et Voilà ! Newton découvrit la gravité. Le fait qu’une pomme soit vraiment tombée sur sa tête n’est pas le point crucial ; au contraire, le fait est que la grande perspicacité de Newton (il n’a pas découvert la gravité ; quiconque était tombé savait déjà des choses sur la gravité) était de comprendre que la même force qui laissa tomber la pomme (gravité) garde également la lune en orbite autour de la terre, la terre en orbite autour du soleil, et ainsi de suite.

C’était important parce que, pendant des millénaires, beaucoup de gens croyaient que les lois qui gouvernent les cieux étaient différentes des lois qui gouvernent la terre. Newton montra que cette croyance était fausse.

Et bien que la contribution de Newton ait été dans le domaine de la loi naturelle, le même principe est vrai dans la loi morale. La même liberté, la liberté inhérente à l’amour, qui a conduit à la chute de Lucifer dans le ciel a aussi conduit à la chute de l’humanité sur la terre.

Lisez Genèse 2 :16, 17 et Genèse 3 :1-7. Comment ces versets sur des gens parfaits, dans un environnement parfait, créés par un Dieu parfait, révèlent-ils aussi la puissante vérité sur la liberté inhérente à l’amour ?

Après la chute, les choses allaient de mal en pis, même au point où le Seigneur dise au sujet de l’humanité  » que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.  » (Genèse 6 :5, LSG). Et si leurs pensées étaient mauvaises, leurs actions l’étaient surement aussi, jusqu’à ce que les choses soient si mauvaises que le Seigneur ait détruit le monde entier avec un déluge – en un sens, donnant à l’humanité une chance de recommencer, une sorte de deuxième création. Cependant, comme le montre l’histoire de la tour de Babel (Genèse 11 :1-9), l’humanité semblait toujours déterminée à défier Dieu.  » L’œuvre étant presque achevée, les constructeurs s’y réservèrent des demeures particulières. Des salles, magnifiquement meublées et décorées, étaient affectées aux idoles. On se réjouissait du succès de l’entreprise, et on glorifiait les dieux d’or et d’argent. Le Maitre du ciel et de la terre était méprisé.  » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 92. Ainsi, en plus de confondre leur langue, Dieu dispersa la race déchue sur la surface de la terre.

Prenez note mentalement de vos pensées tout au long de la journée. Qu’est-ce que cet exercice vous apprend sur l’état de votre cœur ?